RADIES DE L’ARMÉE SÉNÉGALAISE : 17 MILITAIRES MENACENT DE SE SUICIDER

Les 17 militaires sur 25 qui avaient réussi au concours de la Douane, pour leur reconversion en 2018, menacent de s’immoler. Ils ont été radiés suite à la note signée par le Chef d’État Major des armées, le Général Cheikh Guèye.

Ce dernier les accuse d’avoir utilisé des voies de contournement pour passer le concours. Une accusation que contestent les mis en cause, arguant que tous les documents leur ont été délivrés par la hiérarchie.

Soutenus par Amnesty International-section Sénégal, les soldats, qui avaient déjà entamé leur formation, ont annoncé avoir saisi la Cour suprême pour l’annulation de la décision de radiation. Ils avaient fait face à la presse, mercredi 2 mars, pour informer l’opinion de leur désarroi.

[] BAGUETTE DE PAIN A 200 FRANCS : L’ASCOSEN S’Y OPPOSE

L’Association des Consommateurs du Sénégal (Ascosen) rejette le quatrième et nouveau format du pain vendu à 200 FCFA la baguette. D’après Momar Ndao et cie, les boulangers, en complicité avec les autorités, veulent tout simplement passer par ce subterfuge pour substituer la baguette de 150 francs.

« Ils n’ont jamais respecté le poids de la baguette et ils ne vont pas le faire. Quand ils disent qu’ils font un quatrième format à 200 francs, vous venez au niveau de la boutique ou au niveau de la boulangerie, on vous dit que les baguettes de 150 francs sont finies. En ce moment, vous serez obligés d’acheter un pain de 200 francs », s’est justifié le président de l’Ascosen. Aucune administration, insiste-t-il, ne peut exiger aux boulangers un nombre de pain à faire.

Cette décision a été prise ce mardi 1 octobre lors d’une rencontre présidée par  Aminata Assome Diatta, ministre du Commerce et des petites et moyennes Entreprises. Elle a donné des assurances aux boulangers pour une application bienveillante de la loi.

[] TECHNOPOLE : ADJARA CAMARA EST MORTE PAR NOYADE

Du nouveau dans l’affaire Adjara Camara, du nom de la jeune dame retrouvée morte dans les eaux du bassin de Technopole à Pikine mardi dernier. Alors que la thèse d’un meurtre était agitée au départ, l’autopsie du corps sans vie a révélé le contraire. D’après les conclusions du rapport médical, la coiffeuse de 36 ans est morte par noyade. Et ses blessures au visage seraient causées par de petits poissons du bassin en question. D’après les parents de la défunte, celle-ci était atteinte de troubles psychiques depuis un mois. C’est ainsi qu’elle a disparu le lundi, avant qu’elle ne soit retrouvée morte le lendemain par les agents des Eaux et forêts.

Article illustré par une photo d’un détachement discipliné de parachutistes