A tire d’Elles

20.00 

Tout commença par Dona Ashe, la femme- muse, la femme-amour. C’est à cette femme qu’est dédié le recueil de poèmes. C’est elle, certainement, qui nous a valu ces cent-dix-neuf pages pleines de poésie, pleines d’amour même si l’œuvre est un hymne à toutes les femmes qu’elles s’appellent « Karara », « M… » ou qu’elles soient  une « Princesse »,  une « Tutsi rayonnante », une « Amie », «  L’Étoile du désert de Lompoul », la « Muse affolante » ou les « Ève »…

Catégorie :

Description

«Et à tire d’Elles – Sans ailes – Autres Que mon désir d’Elle – M’envolerai-je Fou d’Elle »
Tout commença par Dona Ashe, la femme- muse, la femme-amour. C’est à cette femme qu’est dédié le recueil de poèmes. C’est elle, certainement, qui nous a valu ces cent-dix-neuf pages pleines de poésie, pleines d’amour même si l’œuvre est un hymne à toutes les femmes qu’elles s’appellent « Karara », « M… » ou qu’elles soient une « Princesse », une « Tutsi rayonnante », une « Amie », « L’Étoile du désert de Lompoul », la « Muse affolante » ou les « Ève »…

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “A tire d’Elles”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EDITORIAL

BIENVENUE a PKSNEWS

But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful. Nor again is there anyone who loves or pursues or desires to obtain pain of itself, because it is pain, but because occasionally circumstances occur in which toil and pain can procure him some great pleasure. To take a trivial example, which of us ever undertakes laborious physical exercise, except to obtain some advantage from it? But who has any right to find fault with a man who chooses to enjoy a pleasure that has no annoying consequences, or one who avoids a pain that produces no resultant pleasure?