Un plan de résilience pour le secteur de la presse a été déposé sur la table du ministre de la Culture et de la Communication par le Conseil des éditeurs et diffuseurs de presse. Un communiqué qui en résume le contenu nous est parvenu ce jeudi 3 septembre. Nous la publicans in extenso, ci-dessous, en attendant d’y revenir.

La pandémie à COVID 19 a ébranlé l’humanité dans ses fondamentaux vitaux et économiques. La presse sénégalaise en subit, de plein fouet, les effets. Elle est, sans nul doute, le secteur le plus impacté avec une perte de plus de 4 milliards FCFA, rien que pour le 2ème trimestre 2020, d’avril à juin.

Dans ce contexte très difficile pour la presse, le Conseil des Diffuseurs et Éditeurs de Presse (CDEPS) a accueilli très favorablement les décisions et déclarations du chef de l’État et du Gouvernement pour accompagner les entreprises impactées par la pandémie. Le CDEPS a alors mobilisé tous ses membres pour la mutualisation de leurs efforts, en vue de parvenir à des solutions de riposte, dans le but de sauvegarder leurs outils de travail et maintenir les emplois.

Les services d’un expert-comptable indépendant, membre de l’ONECCA, ont été sollicités par le CDEPS, pour l’étude et l’élaboration d’un plan de riposte dénommé : «Plan de résilience du secteur de la presse face à la crise COVID-19». Le rapport final de l’expert assermenté, validé par les entreprises de presse, fait ressortir une baisse moyenne de 70% du chiffre d’affaires de la presse écrite depuis l’avènement de la pandémie au mois de mars. Les revenus des télévisions ont aussi chuté de 54% et autour de 45% pour les autres supports et activités (radios, presse en ligne, imprimeries de presse et distributeurs de journaux).