03/09/2020

LA COVID 19 ET LA PRESSE SÉNÉGALAISE : Des pertes cumulées de 4 milliards

Un plan de résilience pour le secteur de la presse a été déposé sur la table du ministre de la Culture et de la Communication par le Conseil des éditeurs et diffuseurs de presse. Un communiqué qui en résume le contenu nous est parvenu ce jeudi 3 septembre. Nous la publicans in extenso, ci-dessous, en attendant d’y revenir. La pandémie à COVID 19 a ébranlé l’humanité dans ses fondamentaux vitaux et économiques. La presse sénégalaise en subit, de plein fouet, les effets. Elle est, sans nul doute, le secteur le plus impacté avec une perte de plus de 4 milliards FCFA, rien que pour le 2ème trimestre 2020, d’avril à juin. Dans ce contexte très difficile pour la presse, le Conseil des Diffuseurs et Éditeurs de Presse (CDEPS) a accueilli très favorablement les décisions et déclarations du chef de l’État et du Gouvernement pour accompagner les entreprises impactées par la pandémie. Le CDEPS a alors mobilisé tous ses membres pour la mutualisation de leurs efforts, en vue de parvenir à des solutions de riposte, dans le but de sauvegarder leurs outils de travail et maintenir les emplois. Les services d’un expert-comptable indépendant, membre de l’ONECCA, ont été sollicités par le CDEPS, pour l’étude et l’élaboration d’un plan de riposte dénommé : «Plan de résilience du secteur de la presse face à la crise COVID-19». Le rapport final de l’expert assermenté, validé par les entreprises de presse, fait ressortir une baisse moyenne de 70% du chiffre d’affaires de la presse écrite depuis l’avènement de la pandémie au mois de mars. Les revenus des télévisions ont aussi chuté de 54% et autour de 45% pour les autres supports et activités (radios, presse en ligne, imprimeries de presse et distributeurs de journaux).

Lire Plus
13/08/2020

QUAND UN PAPIER FORCE NOTRE ESTIME ( EMPRUNTÉ AU NUMÉRO À PARAÎTRE DU P’TIT RAILLEUR)

Les fatwas se suivent et se ressemblent presque… Les infidélités du CNRA à la Constitution Par Le P’tit Voyeur Le CNRA, depuis quelques années, s’évertue à nous persuader que Mame Mactar Guèye et ses amis les « gardiens de nos valeurs » ont la science infuse de même que le monopole de la vertu, en plus de détenir la vérité absolue… Des attouchements commis sur les articles 8 et 10 de la Constitution. Explication de sexe et bientôt délit de presque… C’est ce 12 août 2020 que le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel publie une « décision portant conditions de poursuite de la diffusion de la série ‘‘Infidèles’’ par la SEN TV ». Il est donc ordonné à la Sen TV « de ne plus diffuser des propos, comportements et images jugés indécents ainsi que des séquences et propos susceptibles de nuire à la préservation des valeurs, sensibilités culturelles et religieuses ; de ne plus diffuser ou rediffuser la série ‘‘Infidèles’’ avant 22 heures 30 minutes ; d’extirper des bandes-annonces de cette série, les scènes susceptibles de heurter la sensibilité du jeune public ; d’insérer de manière visible et pendant toute la durée de la série, un pictogramme rond, de couleur blanche, avec l’incrustation de -16 en noir ». Même pour le pictogramme d’avertissement, le choix n’est pas large : c’est la prison, direct, le carré rouge avec des écritures jaunes, ou une bande passante où il y a écrit en toutes lettres : « avertissement au public, ce film est interdit aux moins de seize ans » ? Une fatwa qui fait suite à la plainte déposée le 06 août 2020 par un collectif censé défendre notre société pécheresse contre « les dérives de l’audiovisuel ». Au final, le Régulateur suprême en conclut avec une touchante célérité que « l’instruction du dossier par les services du monitoring du CNRA apporte la preuve que dans la série sont régulièrement notés des propos, comportements et images jugés choquants, indécents, obscènes ou injurieux ; des séquences et propos qui portent gravement atteinte à la dignité, l’image, l’honneur et la réputation de la personne humaine, notamment de la femme ; des séquences et des propos susceptibles de nuire à la préservation des valeurs, sensibilités et identités culturelles et religieuses »… A noter, crime abominable, « les manquements à la réglementation, notamment celle relative à la signalétique ». Vous savez bien, -16 inscrit en noir, dans un rond blanc… Dans le peloton des plaignants, quelques convenables citoyens aux patronymes à consonance religieusement aristocratique, des barbus ébouriffés et l’inévitable …Mame Mactar Guèye. Lequel se remet gaillardement de ses émotions fortes de la Saint-Valentin passée. Le patibulaire activiste envahit les plateaux pour y promener sa bouille d’avis de décès, multiplie les déclarations et met tant de zèle à la tâche, qu’il commet un bel impair à propos des prénoms : certains, d’origine islamique, seraient dignes des femmes de vertus, les sokhnas et les dôm’ou sokhnas, on suppose ; et d’autres, d’origine chrétienne, seraient la peau d’âne des, euh, filles publiques. Une saillie qui ébouriffe la communauté chrétienne et bien d’autres Sénégalais de confessions diverses et […]

Lire Plus
15/06/2020

Article publié par AP 21 (l’Afrique du 21ème siècle) =>Coronavirus : Un vaccin prévu pour octobre, des pays européens ont déjà passé commande //

AP 21 est une agence de presse, créée par une jeune Femme Franco-sénégalaise, Assanatou Baldé, journaliste installée à Paris où elle a travaillé durant des années pour divers médias tels que le magazineAmina, la revue Afrika strategies France ou encore le journal en ligne Afrik.com. Dans le cadre d’un accord de partenariat basé sur le devoir de solidarité professionnelle intergénérationnelle, entre autres, nous publierons régulièrement ses productions à travers les liens qui mèneront à la lecture de celles-ci directement sur son site, ap-21.com. Coronavirus : Un vaccin prévu pour octobre, des pays européens ont déjà passé commande  https://ap-21.com/coronavirus-un-vaccin-prevu-pour-octobre-des-pays-europeens-ont-deja-passe-commande/

Lire Plus
09/06/2020

Article publié par AP 21 (l’Afrique du 21ème siècle) =>Le Président du Burundi meurt d’une attaque cardiaque, à 55 ans //

AP 21 est une agence de presse, créée par une jeune Femme Franco-sénégalaise, Assanatou Baldé, journaliste installée à Paris où elle a travaillé durant des années pour divers médias tels que le magazineAmina, la revue Afrika strategies France ou encore le journal en ligne Afrik.com. Dans le cadre d’un accord de partenariat basé sur le devoir de solidarité professionnelle intergénérationnelle, entre autres, nous publierons régulièrement ses productions à travers les liens qui mèneront à la lecture de celles-ci directement sur son site, ap-21.com. Le Président du Burundi meurt d’une attaque cardiaque, à 55 ans – AP-21 https://ap-21.com/le-president-du-burundi-meurt-dune-attaque-cardiaque-a-55-ans/

Lire Plus
06/06/2020

Articles publiés par AP 21 (l’Afrique du 21ème siècle) //

AP 21 est une agence de presse, créée par une jeune Femme Franco-sénégalaise, Assanatou Baldé, journaliste installée à Paris où elle a travaillé durant des années pour divers médias tels que le magazineAmina, la revue Afrika strategies France ou encore le journal en ligne Afrik.com. Dans le cadre d’un accord de partenariat basé sur le devoir de solidarité professionnelle intergénérationnelle, entre autres, nous publierons régulièrement ses productions à travers les liens qui mèneront à la lecture de celles-ci directement sur son site, ap-21.com. Les chefs d’Etat africains critiqués pour avoir été “Charlie” mais non George Floyd – AP-21 https://ap-21.com/les-chefs-detat-africains-critiques-pour-avoir-ete-charlie-mais-non-george-floyd “Le chef de village IBK ne peut plus supporter sa charge qui est le Mali!” – AP-21  https://ap-21.com/le-chef-de-village-ibk-ne-peut-plus-supporter-sa-charge-qui-est-le-mali/

Lire Plus
28/05/2020

FIN DE PARTIE POUR L’HYDROXYCHLOROQUINE ?

Terrible point d’interrogation qui doit avoir une résonnance particulière chez nous au Sénégal oùle vieux médicament guérit des malades du coronavirus depuis trois mois. L’article ci-dessous,du sociologue Laurent Mucchielli, publié sur son blog (MÉDIAPART), que nous reprenons sansréserve, s’inscrit à contre courant d’une tendance dominante médiatico-affairiste que lesscrupules n’étouffent pas, et ne devrait laisser personne indifférent chez nous. Le Pr Seydi, dansune interview ( L’Obs, 28/5) aux allures de réponse à l’anathème jeté trop vite par l’OMS sur cemédicament, insiste sur le fait que ce traitement n’a jusqu’ici tué personne au Sénégal. Seydi(chef du Service d’infectiologie de l’hopital de Fann, tutulaire de chaire à la faculté de Médecinede l’Ucad) a depuis le début adopté, pour traiter les malades de la Covid19 avec succès, leprotocole hydroxychloroquine/azithromycine du Pr D. Raoult dont la coalition mercantiliste quirêve de profiter financièrement de la pandémie entend signer l’arrêt de mort, avec ce fameuxarticle du Lancet, qui fait exploser la bulle médiatique. Mucchielli en démonte, ci-dessous, avecrigueur et munitie, mais non sans vigueur, les nombreuses faiblesses, et les dissimulations, fauxsemblants et simulacres “scientifiques”.PSK / « Fin de partie » pour l’hydroxychloroquine ? Une escroquerie intellectuelle26 MAI 2020PAR LAURENT MUCCHIELLIBLOG : LE BLOG DE LAURENT MUCCHIELLIDurant le week-end de l’Ascension, la quasi totalité des journalistes se sont jetés sur unarticle de la revue The Lancet, pour lui faire dire ce que les auteurs de cette étude espéraient :l’hydroxychloroquine est un poison. Traduction en langage People dominant : le prof. Raoultest un dangereux charlatan. Ce traitement médiatique est honteux. Et cette étude est uneescroquerie intellectuelle.La Science, c’est un peu comme Dieu, certains parlent en son nom quand ils veulent croire queleur argument est « définitif ». Las, les choses sont un peu plus compliquées. L’idéal scientifiqueexiste bien entendu, dans toute sa noblesse, et on le défend ici. Mais la seule réalité tangible, cesont les chercheurs. Et ils ne sont pas toujours incorruptibles.Ce week-end de l’Ascension (décidément !) aura été marqué par une nouvelle vague de discourscommentant l’idée selon laquelle une publication majeure démontrerait que le protocolethérapeutique de l’équipe du professeur Raoult serait non seulement inefficace, mais de surcroîtdangereux. On peut parler d’une sorte d’offensive industrialo-médiatico-politique majeure etréussie tant la couverture donnée à un article de la revue médicale anglaise The Lancet a ététotale, ultra-rapide, uniforme et immédiatement suivi d’un effet politique. A cela quatre raisonsmajeures. La première est le « coup scientifique » parfaitement réussi par quatre médecinsfinancés par des industriels. La seconde est la machine à copier-coller qu’est devenue lejournalisme contemporain. La troisième réside dans le mélange de couardise et d’hypocrisiede tous celles et ceux qui sont prêts à sauter sur n’importe quel argument pour conforter leuropinion initiale, sans jamais la questionner ou la mettre à jour. La quatrième raison est que leministre de la Santé, Olivier Véran, en a profité pour annoncer tout de suite (sur twitter, le 23mai à 12h47) : « Suite à la publication dans The Lancet d’une étude alertant sur l’inefficacitéet les risques de certains traitements du #COVID-19 dont l’hydroxychloroquine, j’ai saisile @HCSP_fr pour qu’il l’analyse et me propose sous 48h une révision des règles dérogatoiresde prescription ». Comme s’il n’attendait que […]

Lire Plus