1er INVITE DU BLOG : LE DOCTEUR CIRE DIENG/

VOUS AVEZ DIT MANDAT ?

Verbatim : « mandat présidentiel », « renouvellement de mandat », « limitation des mandats consécutifs à deux », « premier mandat », « dernier mandat », « troisième mandat », « mi-mandat », « mandat d’arrêt », « mandat de dépôt »… Attention ! Ce ne sont pas des sous, du moins pas directement car le service ou le mécanisme d’envoi ou de retrait d’argent à la poste a changé de nom depuis quelques décennies. Avec le développement sans précédent des technologies de l’information et de la communication (TIC), on parle désormais de « transfert d’argent » : Western-union, Wari, Joni-joni, Money-gram, Orange-money, Vitfé… Libéré ici, capté là-bas. Démodé ici, en vogue là-bas. Sémantiquement transféré comme de la monnaie… Utilisé seul ou en expressions, quotidiennement, « mandat » est devenu progressivement mais surement l’un des mots les plus prononcés de l’Afrique politique pour ne pas dire de l’Afrique politico-judiciaire. Seuls les insensés l’ignorent car on en parle partout. Directement ou indirectement. Salons, Grand-Places, radios, télévisions, Internet, presse écrite, écoles, universités, marchés, stades, bureaux, réunions, bus, taxis, trains, bateaux, avions, champs, pouvoir, opposition, société civile, cérémonies familiales, cérémonies religieuses… Partout.

Le 28 Septembre 2018, pour les besoins du Sommet des Nations-Unies, Madame Jacinda ARDERN, la Première ministre néo-zélandaise a amené son bébé de trois (3) mois pour en faire la vedette ; une première… Allez savoir si le bébé onusien n’y a pas entendu le mot « mandat » parce qu’il y avait beaucoup de dirigeants et de journalistes africains. Parce qu’il se murmure et se précise dans le monde scientifique, en néonatologie notamment que, dans leur pré-curiosité ou leur pré-conscience, les fœtus entendent… In utero déjà, dans le ventre de leur mère ; juste avant de venir au monde. Lors du compte à rebours : les derniers mois (6ème, 7ème, 8ème, 9ème), les dernières semaines, les derniers jours ou les dernières heures… Ne peut-on pas, dès lors, penser qu’ils puissent venir au monde avec la terrible question ; tellement le mot « mandat », ses primitives et ses dérivés, auront traversé, et la paroi abdominale, et la paroi utérine. Afin qu’il ne restât plus qu’au liquide amniotique d’en faire une onde sonore prolongée vers la (pré)conscience fœtale à travers le nerf auditif dans la phase finale de sa maturation… Et bébé de songer ou de dire :

• « Comme ces gens en parlent. Ce n’était donc pas un rêve in utero. Autrement dit, comme le mot contrat, le mot mandat existe… ».
• « Et puis les ancêtres que j’ai croisés sur l’autoroute gratuite mais obligatoire naissance↔mort (ilaa-dunya ↔ ilal-aaxira), disent continuer d’en entendre parler directement ou indirectement dans les oraisons funèbres ».
• « Mais maman ! C’est quoi un contrat ? C’est quoi un mandat ? Montrez-moi-z-en! ».

Un songe ou une parole possible au berceau… au XXIème siècle !? Sait-on jamais avec la puissance ou le potentiel du cerveau humain ? De sorte qu’avec le développement sans précédent des cerveaux artificiels des NTIC et donc du réseautage social subséquent, il n’est pas impossible, il n’est pas à exclure la naissance sur ce « continent par excellence du mandat », d’un bébé-wifi (c’est-à-dire né sans cordon ombilical connecteur à la mère) qui, au lieu de nom de baptême ou de déclaration à l’état civil, exigera dès J8, un ballon ou demandera à être parrainé (en politique) et sponsorisé (au football) pour présenter sa candidature aux mandats, aux contrats et aux ballon d’or. Ndax nit-ku-nuul daa bëgg nguur. N’est-ce pas Monsieur Youssou NDOUR ?
Malheureusement, pour la question de bébé, par déficit de « concernement », par analphabétisme, par ignorance la plupart des mamans africaines ne saura expliquer à sa progéniture toute la signification, tout le contenu, tous les contours et toutes les limites de ce concept abstrait même s’il est omniprésent.

Les conséquences et les coûts du « non-concernement », des bras croisés ou de l’inaction peuvent être terribles et dommageables pour plus d’un, comparés à ceux de l’auto-investissement pour le devenir de son pays.
C’est finalement le diplômé chômeur de la maison qui, par la faute de son casque et son Whatsapp, est devenu comme sourd-muet et même peut-être déjà schizophrène, qui a trouvé la solution en montrant du doigt, trois photos de son smartphone. Un smartphone en mal de réseau, en mal de charge et en mal de crédit :

• celle de Lionel MESSI signant son centième (100ème) but en Liga pour une première explication de « contrat »
• celle d’un baril de pétrole arrosant des dollars pour une autre explication de « contrat »
• celle d’un président de la République prêtant serment pour l’explication de « mandat »

Par Docteur Ciré DIENG
Auteur du livre « PRINCE – PREXIT »